514.739.6363
Tu BiShvat | - Parashat Beshalach Shabbat Ends: 5:46pm

La transformation juive

La transformation juive

Dans les bureaux du Conseil de la communauté juive de Montréal sur le boulevard Décarie, des transformations silencieuses se produisent. Ici, les futurs convertis assistent aux cours hebdomadaires du programme de Conversion Juive Montréal du CCJ pour apprendre ce que signifie être un juif de la Torah. « Notre programme de conversion n’est pas un programme d’études », souligne Esther Hochstadter, professeure principale du programme. C’est plutôt une « expérience ».

Ainsi, alors que les enseignants francophones et anglophones apprennent à leurs élèves les fêtes juives, la pensée juive, les attitudes de la Torah et les détails de la Halakha, le programme de conversion est bien plus vaste qu’une expérience en classe. Le programme exige que chaque futur converti soit accueilli régulièrement par des « familles parraines » pour les repas du Shabbat et des fêtes tout au long du calendrier juif. En effet, de nombreux convertis considèrent que ces expériences autour de la table du Shabbat sont le facteur le plus puissant qui les a poussés à se rapprocher du judaïsme.

Plusieurs fois dans l’année, les enseignants, les futurs convertis et de nombreux diplômés du programme se rencontrent pour des programmes amusants, comme les fêtes annuelles de Hannouca et de Pourim, ainsi que pour le Shabbaton d’hiver. C’est dans le cadre de ces programmes que les convertis potentiels entendent les témoignages de personnes convertis et leurs expériences de vie après la conversion. Les trois Dayanim du programme rencontrent les étudiants plusieurs fois au cours du programme pour vérifier l’authenticité du désir de conversion de l’étudiant.

L’approche holistique à la conversion adoptée par le programme comprend également un aspect axé sur la santé mentale. Le Conseil de la Communauté Juive a collaboré avec célèbre psychologue californien, le Rabbin Dr. David Fox, dans la conception d’un examen de préparation à la conversion afin de s’assurer que les futurs convertis sont émotionnellement stables et intéressés par la conversion pour des motivations uniquement spirituelles.

Un programme de conversion authentique se mesure non pas au nombre de convertis potentiels qui se transforment en Gerim, mais au nombre de convertis potentiels qui abandonnent le programme lorsqu’ils se rendent compte que les exigences du judaïsme de la Torah sont trop élevées pour eux. Je demande tout le temps à mes filles pourquoi elles ont besoin de 613 mitzvot », dit Mme Hochstadter. « Tenez-vous-en à vos sept commandements et vous irez au Paradis! »

Une classe de quinze futurs convertis peut réduire à deux, voire à un seul converti pendant la durée complète du programme. Par contre, ce seul et unique converti ira construire des générations de Juifs engagés dans la Torah. En effet, le nachat que les Geirim donnent aux enseignants et à leurs familles parraines est indescriptible. « Mes filles deviennent la famille », dit Mme Hochstadter. « Quand je vais en Israël, je leur rends visite au même titre que mes proches. Et je m’émerveille des maisons qu’elles construisent et de la façon dont elles contribuent à la communauté juive, souvent en Israël ». (voir encadré)

En route vers de nouvelles aventures

Tandis que certains diplômés du Programme de conversion de Montréal restent à Montréal, de nombreux autres partent vers les communautés juives du monde entier. Ces dernières années, plusieurs diplômés du programme ont quitté Montréal pour la ville de Yavniel, dans le nord d’Israël. Yavniel compte une importante communauté de convertis, et les convertis de Montréal à Yavniel ont pris des positions de leadership dans la communauté.

Il y a près de deux ans, plusieurs de ces convertis ont commencé à planifier un Shabbaton de Chizuk pour la communauté. Ne sachant pas comment organiser un tel Shabbaton, la communauté s’est tournée vers leur professeur et mentor Esther Hochstadter pour obtenir de l’aide. Esther s’est rendue en Israël pour assister au Shabbaton en personne, et elle a constaté que le soutien continu que le programme de Montréal offre à ses diplômés faisait gravement défaut dans la vie des autres convertis. Alors que le Shabbaton arrivait à sa fin, un rabbin distingué de Yavniel s’est tourné vers Esther. « Il semble qu’à Montréal, vous dirigez un programme de conversion comme personne d’autre ne l’a fait », a-t-il observé. Ses sentiments ont été partagés par les nombreux leaders de la communauté qui ont noté que les convertis du programme de Montréal sont les convertis les mieux préparés, les plus connectés et les plus généreux qu’ils aient rencontrés.

Le Shabbaton a été un succès retentissant en termes de Chizouk pour ses participants, et l’expérience a été transformatrice pour Esther. À son retour à Montréal, Esther est restée en contact avec les convertis de Yavniel, et a commencé à se concentrer sur la création d’une infrastructure permettant aux Gerim du monde entier de s’épanouir en tant que membres de la communauté juive, bien au-delà de la conversion. Selon Esther, « le programme transforme les autres, mais il m’a aussi transformée. Le programme de conversion est devenu un élément central dans ma vie. C’est une énorme responsabilité, mais c’est aussi un énorme privilège. »

La mission du Conseil de la communauté juive est de faciliter le maintien de la vie traditionnelle juive à Montréal. Le programme de conversion juive de Montréal remplit cette mission en s’assurant que les nouveaux membres de la religion juive sont authentiques et préparés dans leur désir de vivre une vie de Torah et de Mitzvot en tant que membres actifs de la communauté juive.

Témoignage d’une convertie de Montréal

J’ai grandi à Montréal. Ma famille était séfarade, laïque et presque entièrement détachée du judaïsme. Nous étions tellement détachés, en fait, que mon père est juif, mais pas ma mère. En grandissant, je n’avais aucune idée de ce que signifiait être juif, mais je me suis toujours senti si différent de mes camarades de l’école chrétienne que j’ai fréquentée. En vieillissant, je me suis sentie de plus en plus distante de mes amis.

Alors que ma détresse grandissait, les circonstances m’ont rapproché à une famille séfarade traditionnelle de notre quartier. Celle-ci m’a fait connaître la cacherout et le Chabbat, des choses dont je n’avais jamais entendu parler auparavant. J’étais intrigué et j’étais déterminé à en apprendre davantage. Plus j’en apprenais sur le judaïsme, plus j’étais convaincu que c’était la seule voie possible pour moi. Alors, avec ma mère (qui avait toujours voulu se convertir, puisque son père était également juif), nous avons commencé le processus de conversion. Nous avons suivi des cours et j’ai savouré chaque mot de la Torah que j’ai entendu. J’ai rencontré des juifs extraordinaires. Je n’aurais jamais imaginé qu’une telle grandeur puisse exister! Peu à peu, j’ai pris les mitzvot sur moi. J’ai été ravi d’apprendre les trésors qu’offre la Torah.

J’ai terminé mon processus de conversion avec Conversion Juive Montréal et le Beit Din orthodoxe. Mon expérience a été positive. J’ai eu une excellente relation avec mes professeurs, qui m’ont enseigné à la fois les bases du judaïsme et ses domaines les plus profonds. Je suis toujours en contact avec beaucoup de ces enseignants à ce jour. Le programme comportait des cours exhaustifs sur la Parasha de la semaine, les Halachot concernant la cacheroute, le Shabbat, les fêtes, les jours de jeûne, ainsi que la Chassidout. Conversion Juive Montréal nous a également exigé de passer le Shabbat et le Chagim dans différentes familles de la ville. Ces familles, qu’elles soient au courant ou non, m’ont beaucoup influencé. Elles m’ont montré les middot juives, les bonnes actions. Elles ont façonné mon identité juive. CJM a également organisé des shabbatons et des soirées pour célébrer les différentes fêtes. Cela a créé en nous un sentiment d’appartenance au programme et nous a aidés à nouer des liens avec d’autres convertis.  

Bien sûr, le processus lui-même n’a pas toujours été brillant. Ma famille paternelle, pour qui tout ce processus a été un choc, s’est fortement opposée à ce que je devienne religieuse. Le judaïsme religieux était pour eux un redoutable inconnu. Mes professeurs et mes pairs n’étaient pas du tout enthousiastes non plus. Néanmoins, à l’âge de 18 ans, j’ai achevé mon processus de conversion, qui s’est terminé par mon immersion dans un Mikveh, un jour que je n’oublierai jamais. C’était comme si j’avais Har Sinai sur la tête!  Ce jour-là, Hashem me demandait d’accepter Sa Torah!

Le jour de ma conversion a été à la fois une fin et un début. C’était la fin de ma vie de non-juive et la fin de mon processus de conversion. En même temps, ce fut le début de ma nouvelle vie en tant que Bat Israël qui s’efforce à tout prix de servir Hachem et d’absorber sa précieuse Torah. Deux ans après ma conversion, j’ai voyagé pour étudier dans un séminaire en Israël. Mon séjour en Israël a été magique et j’ai décidé d’y rester et de faire Aliya. Mon judaïsme s’est renforcé et je suis devenue beaucoup plus confiante dans ma pratique.

Je voudrais vous rappeler, à vous qui êtes nés juifs, de l’incroyable cadeau qu’Hashem vous a fait. Être juif n’est pas facile, je l’admets. Mais rien de précieux ne s’acquiert facilement. Tout ce qui est durable, sain et digne demande un grand effort. Profitez du cadeau inimaginable qu’Hashem vous a offert. Embrassez-le et chérissez-le, car il vaut mieux que les perles…